Le chamanisme et la transe chamanique : Késako ?

Mon attrape-rêves fait main (en Thaïlande)

Au dessus de ma tête, toutes les nuits.

Les 27, 28, 29 et 30 avril, se tenait le 10ème festival du Chamanisme, tout près d’Angoulême. En voyant le programme, les ateliers et cérémonies de guérison proposés, la multitude d’intervenants conviés, venus de tous les bouts du monde, autant vous dire que mon coeur a bondi dans ma poitrine. C’était une chance inouïe et je me voyais difficilement ne pas en profiter. D’abord, une remise à niveau sur le sujet :

Qu’est-ce que le CHAMANISME ?

Le chamanisme est une pratique visant à relier les Esprits aussi appelés les Ancêtres, les morts, les Âmes, les divinités, les esprits de la nature (Le CIEL) aux vivants, humains (LA TERRE). Ce sont des médiums, à la différence près que pour établir le contact entre ces deux pôles, ils effectuent des transes chamaniques. Pour ce faire, ils jouent du tambour et chantent des chants qui pour eux, sont sacrés, de façon à modifier leur état de conscience et à laisser s’ouvrir la porte vers l’au-delà. Les vibrations de leurs voix et et du tambour, changent leurs ondes cérébrales et c’est parti pour le plus impressionnant, étonnant, (effrayant aussi) des spectacles.

Les corps se transforment, intenses et emmenés par une énergie qui n’est pas tout à fait la leur. Les voix se modifient elles aussi, et atteignent des notes inhabituelles, des fréquences inconnues. Les yeux se révulsent parfois et les membres se secouent, tremblent beaucoup. Les chamans dansent de tout leur saoûl et s’agitent en accord avec ce monde qui nous est étranger tant que nous n’atteignons pas cet état si spécifique.

Je précise qu’ils n’ont pas besoin d’ingérer le moindre psychotrope (ou plante psychoactive) pour que leur âme s’envole si haut dans les sphères cosmiques (nous parlerons plus tard de ce qu’est le voyage astral). 

CHAMANISME et PHYSIQUE QUANTIQUE

Les chamans ont quelque chose de commun avec la physique quantique : ils estiment que l’univers est doté d’une structure vibratoire, donc ça vaut autant pour les plantes, les animaux, les minéraux que pour nous. Les chamans ont l’intime conviction que toute chose vibre, et vibre d’une manière qu’il lui est singulière. Cette vibration correspond si vous voulez à son ADN, ou à son Esprit, son âme. C’est grâce à sa vibration que le chaman est capable de rentrer en résonance/en connexion si vous préférez avec la matière, quelle qu’elle soit.

En 1924, les travaux de Louis de Broglie, en physique quantique, mettent en lumière la dimension vibratoire et corpusculaire de la matière microscopique et du monde atomique.  Plus tard, la physique se penche sur la dimension vibratoire cette fois-ci du monde moléculaire (qui lui-même est un assemblage d’atomes), d’autres s’attarderont à leur tour sur celle du monde cellulaire.

Rappelez-vous que l’Homme est constitué d’atomes, de molécules et de cellules. Pourquoi celui-ci dérogerait à la règle de la dimension vibratoire ? Sa dimension vibratoire à lui est appelée entre autres : corps énergétique. Ce corps énergétique serait son laissez-passer vers les dimensions subtiles de la matière, de l’espace, du temps et aux informations du Monde Invisible.

Source : Préface signée Philippe BOBOLA, docteur en physique, biologie et anthropologie, du passionnant livre de Patrick Dacquay « Paroles d’une grand-père chaman aux enfants et petits-enfants de la Terre » : juste ici.

Les cérémonies durent parfois de très longues heures et sont plus éprouvantes pour ceux qui ne rentrent pas en transe.

En effet, pendant la transe, les perceptions se voient transformées.

Le Cas Corine Sombrun

Je découvre l’histoire de Corine Sombrun, il y a un peu plus de quatre ans. Pour vous la faire courte, elle est journaliste pour la BBC quand elle part réaliser un reportage sur les Chamans de Mongolie. Elle est invitée gracieusement à assister à une cérémonie chamanique (qui sont toujours tenues non pas secrètes mais à la discrétion des initiés seulement). Et dès l’instant où le tambour du chaman retentit, elle expérimente sa toute première transe chamanique où elle explique avoir la sensation de se changer en loup, de devenir loup.

Le chaman alors, lui annonce qu’elle a été choisie par les esprits et qu’elle doit se former comme il se doit. Elle passe quelques mois par an pendant 8 ans à la lisière de la Sibérie (considérée comme le berceau du  chamanisme mondial), à traire les rennes et à ne pas comprendre vraiment l’utilité de cette pratique chamanique. Elle se change en loup, dans sa tête okay, mais pourquoi faire ?

Pendant la transe, elle explique perdre complètement la notion de temps et d’espace, elle ne ressent plus de douleurs, sa force physique est décuplée (elle peut porter son tambour de 8kg et en jouer pendant des heures sans fatiguer ni avoir de crampes), elle a également des visions, elle sort des sons, des chants et des paroles dans des langues dont elle n’a nullement connaissance.

Toutes ces manifestations l’intriguent. Elle va chercher à étudier scientifiquement son cerveau pendant son état de transe. Elle se heurte à des refus, des moqueries, des « t’es complètement zinzin, fais-toi soigner ma pauvre’ fille », jusqu’à ce que le Professeur Pierre Flor-Henry, chercheur en psychiatrie vienne à accepter d’établir un protocole de recherche à la seule condition qu’elle soit capable de partir en transe SANS L’USAGE DE SON TAMBOUR NI QUELQUE AUTRE INSTRUMENT. Elle s’entraine, y parvient, et les études commencent.

Le résultat est sans appel. Avant la transe, son cerveau est normal. Après la transe, son cerveau est normal. Pendant, son cerveau présente tous les signes de la schizophrénie, d’un trouble maniaque sévère (branche de la bipolarité) et de la dépression. Rien que ça ! Beaucoup de médecins auraient été ravis de la mettre en cage et de la bourrer de médicaments.

La stupéfaction est totale. Sur son EléctroEncéphaloGramme durant la transe, son cerveau est celui d’une malade, très atteinte, et au sortir de la transe, les EEG sont normaux, SAINS. Elle n’a gardé aucune séquelle. J’insiste mais ça veut dire qu’elle se lève le matin, elle va bien, elle fait sa transe et les résultats d’analyse disent qu’elle est bonne à enfermer, pour revenir ensuite comme une fleur, sans le moindre soucis.

Le rapport de ce protocole scientifique est sorti cette année, vous pouvez le lire en anglais. Accrochez-vous. C’est pas évident.

La question qui se pose est la suivante : Les personnes schizophrènes, dépressives, maniaques, ne vivent-elles pas dans une réalité de conscience modifiée similaire à la transe, de laquelle il serait possible de se sortir par le chamanisme et sans prise de médicaments ? L’étiquette « malade/anormale/folle » que l’on pose sur certains patients n’est-elle pas simplement un dérèglement du cerveau ? 

Ces « malades » seraient en permanence reliés « au ciel » sans le savoir, sans comprendre comment en sortir, ni où ils se situent vraiment. Leur ancrage a disparu, leurs racines qui les maintiennent en terre et donc en sécurité, sont coupées. Alors, ils errent avec des perceptions qui les agressent, qui viennent les troubler, les persécuter, des sentiments exacerbés qu’ils ne contrôlent pas, n’assimilent pas. Et ça leur bouffe l’existence. Ils ne sont plus dans le concret, dans le présent. Et vivent par procuration. Ils survivent. Corinne Sombrun de par ses travaux en neurosciences tente, tant bien que mal de lever le voile sur cette énigme.

Tous ces malades ne le sont sans doute pas. On les brise malheureusement, en les mettant dans cette case. Peut-être qu’une autre voie est possible.

Ici, le lien de la conférence Tex menée par Corine Sombrun où elle explique tout ça. La vidéo ne dure que 13 minutes ; je vous invite vivement à la visionner.

Home

Les mauvais esprits dans la toile de cuir

Le rôle du chaman 

Je terminerai là-dessus pour aujourd’hui. Historiquement, on dit que le chamanisme prend racine en Sibérie chez les Toungouses. En vérité, il existe partout dans le monde, sous différentes formes avec des rituels inhérents à chaque culture, et croyances des pays concernés. En Europe, les chamans sont surtout de tradition celte. Les traditions sont riches et tous les continents possèdent leurs chamans.  Ce qu’ils ont de commun au-delà des mers et des croyances, c’est leur rapport à la nature, aux Eléments, au Feu particulièrement qui revient dans la quasi-totalité des cérémonies, et à la musique qui est vécue comme le vaisseau de l’âme permettant le voyage de l’espace profane vers le cosmos et réciproquement. 

Le chaman autrement appelé homme-médecin ou dont l’étymologie renvoie à « celui qui sait », est un véritable repère pour sa communauté puisqu’il s’instruit auprès des ancêtres, il s’en va quérir leur aide pour faire tomber la pluie, fertiliser les champs, guérir les malades, accompagner les morts et les apaiser, amener du gibier sur le territoire de la communauté pour chasser, entre autres. Il va aussi honorer les Esprits de la Nature, les chérir les remercier pour offrir tous les jours aux Hommes de la Terre, des rivières poissonneuses où se nourrir, se laver et boire, un Soleil et du Feu pour les réchauffer, de l’air pour qu’ils respirent, etc…

Si vous êtes arrivé(e)s jusque là, bravo ! La suite au prochain épisode !

N’oubliez pas de vous abonner à ma page Hellocoton ici pour vous tenir informés de la sortie des prochains articles.